Sciences végétales : la vigueur hybride caractérisée

0
3

Dans un article de la rubrique Nouvelles et Opinions publié dans la revue Nature, James A. Birchler, de la Division des Sciences biologiques de l’Université du Missouri, aux États-Unis, examine en profondeur une étude récente sur l’hétérosis, un phénomène dans lequel la descendance de croisements entre différentes variétés d’une espèce végétale présente généralement une plus grande vigueur, dans des lignées élites de riz. Les auteurs de l’étude essayaient de situer la base génomique et moléculaire de l’hétérosis. Comme l’a noté Birchler, l’hétérosis est mise à profit pour produire des rendements supérieurs pour de nombreuses espèces végétales ; elle est donc cruciale pour la sécurité alimentaire mondiale. Si les auteurs de l’étude n’ont trouvé aucune région génomique universellement partagée qui contribue à l’hétérosis, écrit Birchler, ils ont bien mis en relief plusieurs gènes candidats. Qualifiant le travail de « tour de force d’étude sur le terrain », Birchler conclut que lorsque les aperçus qu’ont les chercheurs de l’hétérosis seront suivis d’études pour résoudre les gènes et les variantes fonctionnelles impliqués, cela donnera aux chercheurs la possibilité d’envisager de manipuler la vigueur des hybrides par la sélection moléculaire, le génie génétique et l’édition de gènes. Des modifications spécifiques pourraient être introduites et examinées dans différents fonds génétiques, pour parvenir aux meilleurs résultats. La manipulation des quantités de gènes régulateurs sensibles au dosage pourrait être une voie menant à la reproduction dirigée de la vigueur hybride. Cependant, cette idée est assortie d’une mise en garde selon laquelle chaque cas pourrait dépendre du contexte et de stœchiométries relatives entre plusieurs produits de gènes régulateurs ».

lire l'article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here