L’intensification de la recherche agricole est essentielle pour répondre aux besoins alimentaires en Afrique, indique un Groupe d’experts

0
8

Cette semaine à Nairobi, au Kenya, lors du Forum sur la révolution verte en Afrique, un groupe d’experts de haut niveau discutera des moyens de rendre la recherche agricole en Afrique plus efficace et efficiente. Les experts mettront en exergue les conclusions d’une récente publication intitulée « Agricultural Research in Africa: Investing in Future Harvests », rédigée par les Indicateurs relatifs aux sciences et technologies agricoles (Agricultural Science and Technology Indicators – ASTI), dirigés par l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI). Selon le corédacteur de l’ouvrage, John Lynam, président du Conseil d’administration du Centre mondial d’agroforesterie, « Avec la diminution de la taille des exploitations, la demande alimentaire urbaine croissante et l’incertitude liée aux changements climatiques, il est plus important que jamais d’investir dans la recherche qui explorera comment les agriculteurs peuvent être aussi productifs et réactifs aux marchés que possible. Le Kenya et d’autres pays de la région doivent intensifier leurs investissements dans la recherche agricole afin de promouvoir la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire pour leurs citoyens et la rentabilité pour leurs agriculteurs ». L’ouvrage examine l’état de la recherche-développement en agriculture dans région, et comment une telle recherche pourrait influer sur la productivité future. Il identifie trois mesures à prendre pour améliorer la productivité agricole en Afrique subsaharienne : accroître l’investissement dans la R&D en agriculture ; développer les capacités à motiver l’adoption de nouvelles technologies et à augmenter la productivité agricole dans les zones rurales ; enfin, redresser les limites et les inefficacités actuelles du financement de la R&D en agriculture, l’organisation et la gestion des ressources humaines, et la structuration au niveau des systèmes. « Le succès ou l’échec de l’agriculture en Afrique peut avoir une forte influence sur les disponibilités et les prix alimentaires futurs dans le monde », a déclaré Ousmane Badiane, directeur pour l’Afrique de l’IFPRI. « Les données de l’ASTI montrent ce que les pays font de bien – et quels changements sont encore nécessaires afin de réaliser la sécurité alimentaire ».

lire l'article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here