Le changement climatique va ruiner la culture de haricot en Afrique

0
20

Une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue Nature Climate Change avertit que le changement climatique pourrait anéantir 60 pour cent de la production de haricots en Afrique subsaharienne, et décimer les cultures de bananes et de maïs. Les auteurs invitent les décideurs politiques à intensifier les efforts visant à adapter l’agriculture locale afin de limiter les effets de la hausse des températures et de la pluviométrie sur la production alimentaire. Ces changements, déclarent-ils, doivent être mis en œuvre dans les meilleurs délais. « Les haricots constituent une source très importante de protéines en Afrique de l’Est et sont très sensibles aux augmentations de la température », explique Julian Ramirez-Villegas, chercheur du CGIAR sur le changement climatique et coauteur de l’étude. Les cultivateurs de millet, de sorgho, de manioc, d’arachide et d’igname, des cultures qui sont plus tolérantes au changement climatique, pourront continuer à le faire tout au long du siècle. Toutefois, plus de la moitié de l’ensemble des zones productrices de haricot et jusqu’à 30 pour cent des champs de maïs et des bananeraies pourraient devenir inappropriés vers la fin du siècle. Ramirez-Villegas soutient que les agriculteurs locaux devraient passer aux nouveaux haricots mis au point pour bien pousser en temps sec ; d’autres agriculteurs feraient peut-être mieux de passer à l’élevage. Camilla Toulmin, économiste à l’Institut international pour l’environnement et le développement, soutient que les gouvernements doivent prendre l’initiative en orientant les efforts d’adaptation de telle sorte qu’ils prennent en compte les conditions locales. « Les scientifiques doivent travailler dans le cadre d’un dialogue avec les petits exploitants », déclare-t-elle. « Dans de nombreux pays d’Afrique, on peut considérablement améliorer la performance et le rendement des cultures par des moyens relativement simples de gestion du sol, de l’eau et de la fertilisation ».

lire l'article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here