L’agriculture a besoin d’une cure de jouvence pour attirer de nouveau les jeunes

0
16

Dans le monde entier, les agriculteurs représentent une population vieillissante. Le secteur – qui n’attire pas les jeunes qui partent plutôt dans les villes pour chercher un emploi – a besoin d’une cure de jouvence pour attirer ces derniers, disent les experts. « Partout dans le monde, le vieillissement des agriculteurs est un problème potentiel, en particulier celui des petits agriculteurs des pays à faible revenu », a déclaré Mark Gorman, conseiller politique principal à HelpAge International, une organisation qui travaille avec les personnes âgées. En Afrique, l’âge moyen des agriculteurs est de 60 ans. Selon Gorman, des améliorations de l’infrastructure rurale, telles que l’électrification, et l’accès aux subventions et au crédit, pourraient aider à soutenir les agriculteurs plus âgés et à encourager leurs enfants à rester dans l’agriculture. Il faut également transformer l’agriculture pour que les jeunes la trouvent intéressante. « Le secteur agricole des pays en développement n’est pas intéressant », affirme Panagiotis Karfakis, économiste à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. « Le problème s’intensifie parce que les technologies qu’ils utilisent ne sont pas des plus productives, l’infrastructure fait défaut, et il y a des problèmes de sécurité foncière ». Posséder une terre, ajoute Karfakis, encourage les agriculteurs à investir dans l’augmentation de la productivité. En Afrique, 90 pour cent des terres rurales ne sont pas officiellement enregistrées. « Pour que l’agriculture soit intéressante, elle ne peut pas être la même que celle que nous avons connue durant les générations précédentes », poursuit David Suttie, analyste politique au Fonds international de développement agricole (FIDA). « Cela signifie qu’il faut la considérer comme une entreprise et investir dans des technologies modernes ». Cela signifie aussi que l’objectif doit être d’accroître la productivité, plutôt que le nombre de nouveaux jeunes agriculteurs, indique-t-il. Et alors qu’il y a une tendance vers l’agriculture urbaine, les agriculteurs urbains ne seront pas en mesure de se nourrir de sitôt. « J’aimerais mettre en garde contre le fait de considérer (l’agriculture urbaine) comme la solution ou un remplacement de l’intensification de la production alimentaire et l’accès au marché dans les zones rurales », a déclaré Suttie. Les jeunes qui décident de devenir agriculteurs prennent peut-être une initiative intelligente, a ajouté Karfakis. « Si tout le monde passe de l’agriculture à l’industrie et aux services, toute personne qui décide de rester dans l’agriculture fera d’importants bénéfices », a-t-il conclu.

lire l'article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here