L’Afrique du Sud va assouplir certaines règles relatives aux cultures GM pour parer à la crise alimentaire

0
20

Selon des responsables sud-africains, le pays va assouplir certaines de ses règles concernant les cultures génétiquement modifiées (GM) afin d’accroître les importations de maïs des États-Unis et du Mexique, pour parer à une éventuelle crise alimentaire dans un contexte de grave sécheresse. L’Afrique du Sud n’autorise pas actuellement des produits contenant des souches non approuvées par le gouvernement et ne permet pas que les importations soient stockées. Près de 90 pour cent du maïs en Afrique du Sud est génétiquement modifié. Makenosi Maroo, porte-parole du Département de l’Agriculture, a fait savoir que le gouvernement envisage d’autoriser les importateurs à stocker provisoirement du maïs GM afin de permettre des volumes d’importation beaucoup plus importants. « En prévision des volumes qui devraient être importés en Afrique du Sud, le Conseil exécutif (pour les OGM) a approuvé l’ajustement d’une condition relative aux permis qui a trait aux exigences de manutention », a-t-elle indiqué. « Par conséquent, il n’y a aucune intention d’assouplir les procédures prescrites d’évaluation de la sécurité ou de gestion des risques ». L’Afrique du Sud connaît sa pire sécheresse depuis un siècle. Les producteurs de maïs du pays demandent plus de changements des règles pour faire face à la situation, notamment l’enregistrement d’autres variétés OGM qui stimuleraient le commerce de maïs entre les États-Unis et l’Afrique du Sud. Les critiques des cultures GM déclarent que les effets de telles cultures sur les êtres humains et sur l’environnement restent à prouver ; quant aux partisans, ils soutiennent que les cultures GM augmentent les rendements et la productivité dans des conditions climatiques difficiles.

lire l'article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here