De nouvelles souches de riz pourraient aider à lutter contre le fléau du diabète en Chine

0
30

La Chine compte le plus grand nombre d’adultes vivant avec le diabète, et le problème est appelé à s’aggraver si des mesures préventives ne sont pas prises immédiatement. L’aliment de base préféré du pays – le riz – s’avère être un important facteur contributif au problème, puisqu’il est consommé au moins une fois par jour par la majorité de la population. À présent, des chercheurs en Chine et en Australie s’emploient à créer un riz qui pourrait aider à lutter contre le diabète. L’Organisation de la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth australien (CSIRO) travaille sur une variété de riz contenant plus de fibres, afin d’éviter l’augmentation du glucose qui est causée par le riz blanc ordinaire et qui peut finir par entraîner un diabète de type 2. « Les chinois de la classe moyenne s’intéressent maintenant de très près à la nutrition », indique Phil Larkin, chercheur principal à la CSIRO. « Le taux de progression du diabète de type 2 en Chine est très effrayant ». Dans un autre programme, les scientifiques de l’Académie chinoise des sciences cherchent à obtenir du riz contenant des niveaux plus élevés de vitamine B et E, de fer et de zinc. L’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) aux Philippines a identifié la base génétique d’un constituant de l’amidon qui pourrait être utilisé pour réduire l’impact glycémique du riz. Des aliments à faible IG peuvent aider à faire baisser le pic glycémique causé par des aliments tels que le riz blanc. « À ce jour, plus de 430 millions de cas de diabète de type 2 surviennent dans le monde, et le problème est grave dans les pays en développement comme la Chine et l’Inde », renseigne Nese Sreenivasulu, responsable du centre de la qualité des grains et de la nutrition à l’IRRI. « De nombreuses variétés modernes ont un index glycémique élevé à intermédiaire, ce qui fait de la sélection pour l’obtention d’un IG peu élevé un trait important ». Les scientifiques espèrent également qu’en rendant le riz plus nutritif et moins susceptible d’accumuler des métaux lourds, on pourrait inverser la tendance à la baisse de la consommation de riz par habitant et augmenter les prix.

lire l'article

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here